7 Psychopathes – Martin McDonagh

    7 Psychopathes – Martin McDonagh

    Seven Psychopaths_shootoutAvec cette histoire de psychopathes, Martin McDonagh nous plonge dans une mise en abyme où ce que l’on voit à l’écran représente au final ce que le personnage scénariste du film tente d’écrire. L’idée est amusante, surtout que le réalisateur joue sur les différences de genre au fur et à mesure que le personnage cherche le ton de son histoire (le film réalise même son auto-critique en milieu de parcours). Mais cette idée s’avère finalement très mal exploitée.

    En fait, on a l’impression que le film représente un brouillon de scénario. Les scènes s’enchaînent sans réels liens entres elles. Elles apparaissent à l’image comme on coucherait des idées sur le papier. 7 Psychopathes ne trouve alors jamais réellement son rythme, et donne l’impression de ne jamais avoir réellement commencé. C’est assez fatigant, d’autant plus que Martin McDonagh n’a pas grand-chose (rien ?) à dire au final et qu’il ne peut s’appuyer que sur une écriture tout juste correcte (on est plus proche de Guy Ritchie que de Quentin Tarantino). Sur la fin, ça s’améliore un peu, c’est aussi plus drôle (le final narré par Sam Rockwell), même si on a toujours l’impression de voir plusieurs films en un mais in fine de n’en voir véritablement aucun.

    Journaliste. Passionné de cinéma, boulimique de séries télé et accroc aux jeux vidéo. Ne peut s'empêcher de donner son avis sur tout ce qu'il voit et sur tout ce qu'il joue.

    • facebook
    • google
    • twitter

    Défendez votre point de vue