Ames en stock – Sophie Barthes

    Ames en stock – Sophie Barthes

    480322_ames-en-stockLe scénario d’Âmes en stock (Cold Souls en VO) rappelle beaucoup ceux de Charlie Kaufman : Adaptation. pour la mise en abyme, Eternal Sunshine of the Spotless Mind pour le côté science-fiction mais aussi Dans la peau de John Malkovich pour sa réflexion sur le métier d’acteur. C’est un peu étouffant comme bagage, surtout pour un premier film, mais il y a dans ce dernier une belle modestie. D’abord une simplicité à s’attaquer à une jolie idée (la possibilité pour les personnages de se séparer de leurs âmes, voire d’en louer une). Pas si facile d’intégrer dans un monde réaliste quelque chose d’aussi fantastique. Barthes joue la carte du « déjà là » et il suffit que le héros feuillette les pages jaunes pour trouver un service de stockage d’âmes. Surtout, la réalisatrice s’en amuse, consciente du grotesque de ce service (le rendez-vous très drôle avec le médecin, l’âme de Giamatti semblable à un pois chiche…).

    Mais Âmes en stock n’a rien du film concept. C’est avant tout une intéressante réflexion sur ce qu’est un acteur, un corps d’acteur qui tente ici de littéralement pénétrer l’âme pour interpréter un personnage. Tout ceci est donc doublé d’une passionnante mise en abyme puisque le personnage et l’acteur se confondent (Paul Giamatti joue son propre rôle et fait preuve d’une autocritique hilarante). Voir notamment la très belle première scène qui, d’entrée de jeu, sème le trouble sur ce que l’on voit : assiste-t-on à une répétition ou à une véritable déclaration du personnage ? La crise existentielle du héros, qui l’entraînera jusqu’en Russie (on pense à Lost in Translation), prend alors une tournure assez inattendue quand le personnage ose enfin regarder à l’intérieur de son âme. On y découvre un souvenir, plus grave encore que la recherche de soi, qui vient expliquer le mal être du héros. Sans s’y appesantir, Sophie Barthes nous laisse sur cette révélation douloureuse, avec pudeur et délicatesse.

    Journaliste. Passionné de cinéma, boulimique de séries télé et accroc aux jeux vidéo. Ne peut s'empêcher de donner son avis sur tout ce qu'il voit et sur tout ce qu'il joue.

    • facebook
    • google
    • twitter

    Défendez votre point de vue