Au bout du conte – Agnès Jaoui

    Au bout du conte – Agnès Jaoui

    20400066A l’image du personnage de Bacri (bien que toujours aussi drôle), Au bout du conte ne raconte rien de neuf depuis Le Goût des autres. Du cinéma formol que Jaoui nous ressert régulièrement, sauf que ce dernier perd peu à peu de sa saveur, et surtout de son piquant. En fait, le couple Bacri-Jaoui semble ne plus à voir grand-chose à dire et préfère donc se cacher derrière une narration vaguement poétique qui revisiterait les contes de notre enfance.

    D’où cette sensation d’un film hors du temps (pourquoi pas, après tout) sauf qu’il se voudrait être le reflet de notre époque. Mais la seule fois où il le fait directement, il s’y vautre complètement (la virée nocturne dans Paris, au secours). Le film n’est pas nul pour autant. Certaines répliques font mouche (grâce à Bacri) et il dit aussi de belles choses sur l’incommunicabilité (merci Bacri là encore, même si on trouvait déjà la même chose dans Un air de famille). Mais bon sang, on a envie que les deux scénaristes se mettent un peu en danger et sortent de leur petit confort qui risquent de ne plus faire illusion longtemps.

    Journaliste. Passionné de cinéma, boulimique de séries télé et accroc aux jeux vidéo. Ne peut s'empêcher de donner son avis sur tout ce qu'il voit et sur tout ce qu'il joue.

    • facebook
    • google
    • twitter

    Défendez votre point de vue