The Conspiracy – Christopher MacBride

    The Conspiracy – Christopher MacBride

    conspiracy-movie-imageLe film débute comme n’importe quel documentaire. Deux cinéastes américains décident d’interviewer un homme adepte de la théorie du complot. Ils réalisent quelques séquences avec lui jusqu’au moment où il finit par disparaître complètement. Les choses vont alors prendre une tournure de plus en plus inquiétante…

    On le comprend très vite, il ne faudra pas chercher à apprendre quoi que ce soit sur les théories du complot (9/11, sociétés secrètes…), même si le long-métrage se montre assez malin lorsqu’il s’agit d’aborder le sujet (on y revient). The Conspiracy n’a également que peu de valeurs théoriques en tant que faux documentaire, par rapport à toutes les nombreuses productions du même genre qui ont vu le jour ces dernières années. Non, ce qui intéresse Christopher MacBride, c’est avant tout de se servir de ces théories pour jouer avec nos peurs et basculer peu à peu dans l’horreur. Encore que le terme n’est pas vraiment approprié, les vingt dernières minutes jouant essentiellement sur une tension de plus en plus intenable. Difficile d’en parler sans trop en dire mais le film adopte dans sa dernière partie le point de vue des caméras placées sur les pinces cravates des deux cinéastes, lesquels cherchent à s’infiltrer à la soirée d’une prétendue société secrète. Dans un premier temps, on pense que le film ne pourra pas tenir bien longtemps avec un tel point de vue (l’image, réduite, est ronde et dégueulasse). On s’y habitue pourtant facilement car elle offre une immersion étonnante. Le spectateur se sent comme les personnages, à un endroit où il ne devrait pas être. L’effet est encore plus fort que celui d’une simple vue subjective car il donne l’impression d’être caché, et en même temps exposé. En outre, les rencontres faites par les personnages accentuent encore cette sensation pour aboutir notamment sur une séquence véritablement saisissante qui renvoie au bal masqué d’Eyes Wide Shut, en plus effrayant encore. On en a presque trop dit.

    Sur le sujet de la théorie du complot, on apprécie aussi que The Conspiracy ne tombe pas dans la caricature du film de complot, en prenant par exemple une position vue et revue sur le 11-septembre.  Le film se montre ainsi plus ambigu que cela. Car, bien qu’il choisisse la fiction à la réalité, il finit néanmoins par questionner le spectateur sur ce qu’il est réellement en train de voir. Et finalement, que nous raconte-t-il ? Le long-métrage se révèle trop malin pour prendre parti et préfère laisser le spectateur dans l’incertitude (propre au sujet). Après avoir un temps laissé imaginer que les théories du complot étaient avant tout une question de paranoïa, The Conspiracy vient en effet brillamment semer le trouble à travers une ultime séquence…

    Journaliste. Passionné de cinéma, boulimique de séries télé et accroc aux jeux vidéo. Ne peut s'empêcher de donner son avis sur tout ce qu'il voit et sur tout ce qu'il joue.

    • facebook
    • google
    • twitter

    Défendez votre point de vue