Deux jours à tuer – Jean Becker

    Deux jours à tuer – Jean Becker

    deux_jours_a_tuer_4-f930bfDeux jours à tuer n’est peut-être pas le pire film de Jean Becker, ce qui ne veut absolument rien dire. C’est peut-être également le moins poujadiste (souvenez-vous Les enfants du marais et autres Dialogue avec mon jardinier). Ce qui ne veut toujours rien dire. Mais, Deux jours à tuer est sans doute le plus manipulateur des films de Jean Becker.

    Maintenant que le film est sorti depuis quelques mois maintenant, on peut en révéler la teneur. En même temps, les spectateurs les plus éclairés comprennent en quelques minutes où le réalisateur veut en venir. C’est d’une telle lourdeur qu’on peut raisonnablement se demander si Jean Becker a cru une minute pouvoir surprendre le spectateur.

    L’histoire suit celle d’Antoine qui du jour au lendemain pète complètement les plombs. Il quitte son boulot, balance ses quatre vérités à ses amis et se tire retrouver son père qui n’a pas donné de nouvelles depuis des années. Et puis, on apprend (oh surprise !) qu’il est condamné et que c’était sa façon à lui de quitter ce monde, se faire haïr de tous.

    Au fond pourquoi pas, chacun réagit à sa manière face à la mort. Le problème vient de ce que Jean Becker veut réellement nous dire avec ce film. In fine, ce revirement vient éclairer d’une sombre lumière les propos tenus par Antoine, spécialement lors de la scène de repas mouvementée. En mettant sa soudaine folie sous le compte d’une mort inéluctable, Becker annule par la même occasion les quelques vérités que le personnage pouvait cracher à la face de ses amis. Et de ce fait, Becker dit exactement l’inverse. Oubliez tout ce que ce personnage a pu dire sous l’effet de la colère. Les valeurs qu’ils dénoncaient tantôt (la richesse, la famille modèle, la propriété) sont finalement celles qu’il faut défendre. Beurk.

    Journaliste. Passionné de cinéma, boulimique de séries télé et accroc aux jeux vidéo. Ne peut s'empêcher de donner son avis sur tout ce qu'il voit et sur tout ce qu'il joue.

    • facebook
    • google
    • twitter

    Défendez votre point de vue