Eden à l’Ouest – Costa-Gavras

    Eden à l’Ouest – Costa-Gavras

    19040239.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxEn réalisant son film sous le ton de la fable, Costa-Gavras finit par ne pas dire grand chose sur le sujet (l’immigration). Pire, il se montre assez naïf en multipliant ce qu’ils voudraient faire passer pour des faits mais qui deviennent finalement des clichés. Eden à l’Ouest devient même par moment détestable, notamment lors de la scène au restaurant où le regard posé sur le personnage devient totalement maladroit.

    Alors oui, on a compris que la France était un pays de flics. Mais à force de faire apparaître des policiers à chaque coin de rue, on n’y croit plus. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il finit par détruire son propos mais on n’en est pas loin. On peut trouver de belles choses dans ce film (son aspect burlesque, certaines scènes réussies et un bon Riccardo Scamarcio dans un rôle quasi-muet). Mais au final, si le film n’est pas détestable de part les intentions du cinéaste (et aussi lorsqu’on connaît l’engagement et la filmographie du cinéaste), on n’en retient qu’une certaine maladresse dans la dénonciation du fatalisme sociologique dans lequel le personnage est prisonnier.

    Journaliste. Passionné de cinéma, boulimique de séries télé et accroc aux jeux vidéo. Ne peut s'empêcher de donner son avis sur tout ce qu'il voit et sur tout ce qu'il joue.

    • facebook
    • google
    • twitter

    Défendez votre point de vue