Fighting – Dito Montiel

    Fighting – Dito Montiel

    Fighting_2_LargeFighting est une vraie belle surprise. Ça déjoue quasiment tout ce qu’on peut imaginer voir dans un film de baston. En effet, alors qu’on s’attend à quelque chose débordant de testostérone, on se retrouve face à une histoire d’amour et d’amitié.

    Cette sensibilité, elle est avant tout portée par les deux personnages masculins principaux. Le jeune boxeur et son coach, ce dernier formant de jeunes cogneurs pour des combats clandestins, où s’organisent des paris. Malgré ce côté clandestin, le boxeur est donc payé pour se battre dans un parallèle avec la prostitution évident. Le boxeur, c’est Channing Tatum. Belle gueule sur un corps d’athlète imberbe. Maladroit en amour comme sur le ring, qui cache malgré tout une combativité à toute épreuve. Fighting prend parfois des allures de Rocky. Comme dans ce dernier, les combats sont réduits à leur minimum, presque expédiés. Ils sont en outre réalisés avec une très belle sobriété, bien loin des canons du moment.

    Et puis, il y a donc l’agent du jeune boxeur, interprété par Terrence Howard, tout simplement génial. Avec son accent atypique, sa fragilité à fleur de peau, on ne sait rien de son passé et, néanmoins, tout se lit sur son corps, son visage, sa voix… Avec son poulain, il se crée une belle amitié, laquelle prend finalement le pas sur le déroulement d’un film de genre pourtant ultra codé. Belle linéarité du récit, superbe façon de filmer New York, Fighting est une fausse série B. Un film surprenant. Une vraie réussite, surtout.

    Journaliste. Passionné de cinéma, boulimique de séries télé et accroc aux jeux vidéo. Ne peut s'empêcher de donner son avis sur tout ce qu'il voit et sur tout ce qu'il joue.

    • facebook
    • google
    • twitter

    Défendez votre point de vue