Hunger – Steve McQueen

    Hunger – Steve McQueen

    HUNGER_1361_006Pas de doute, Steve McQueen est un cinéaste à suivre. On sent en lui un artiste complet qui voit dans le cinéma un art total. Références à la peinture essentiellement, aussi bien la lumière du film que les murs des prisons recouverts de merde façon Jackson Pollack.

    Il y a aussi un sens du cadrage admirable que le bonhomme a sans doute affuté via ces différentes expositions vidéos. De même, que le réalisateur fait preuve d’une gestion de la durée remarquable (la scène de dialogue centrale, brillante dans sa façon de captiver et de détacher le spectateur).

    Mais, et c’est mon gros problème avec ce film, malgré toutes ses qualités cinématographiques indéniables, j’y vois avant tout une démonstration de force. Le sentiment d’assister à une performance (les coups de matraque réels, le corps de l’acteur qui maigrit au fil du film), certes impressionnante et forte, mais qui finalement amenuise le message politique de Hunger.

    Journaliste. Passionné de cinéma, boulimique de séries télé et accroc aux jeux vidéo. Ne peut s'empêcher de donner son avis sur tout ce qu'il voit et sur tout ce qu'il joue.

    • facebook
    • google
    • twitter

    Défendez votre point de vue