Jeff, who lives at home – Jay et Mark Duplass

    Jeff, who lives at home – Jay et Mark Duplass

    JEFF, WHO LIVES AT HOMEForcément, un film qui débute par le monologue d’un personnage, qui nous explique pourquoi il adore Signes de Shyamalan, ne peut être qu’un bon film. Jeff est le même personnage interprété déjà plusieurs fois par Jason Segel, un type qui passe son temps à glander sur son canapé et qui cherche à trouver sa place dans la société. Chose amusante ici, c’est donc dans des signes divers qu’il tente de trouver ce pourquoi il est fait. Alors qu’il fait une course pour sa mère, il va décider de suivre différents signes, entraînant le film dans une escapade improbable qui va notamment le mettre sur le chemin de son frère (tous les deux ne s’apprécient pas vraiment et ont des vies très différentes).

    Il y a plusieurs films dans Jeff, who lives at home. Un qui s’intéresse au cas de conscience existentielle du héros. Un autre sur la relation entre les deux frères. Et un autre sur le couple, formé par son frère et sa femme. Il y a quelque chose de l’incommunicabilité dans le cinéma des frères Duplass, moins dans le sens où les personnages ne communiquent pas mais plutôt parce qu’ils n’arrivent pas (ou plus) à se dire les choses (puisque celles-ci renvoient à des choses qu’ils ne veulent pas s’avouer). Et les frères Duplass ont ce talent pour filmer justement ce moment où ils parviennent finalement à se les dire, et qui coïncide ici avec une scène de retrouvailles proprement fabuleuse.

    Journaliste. Passionné de cinéma, boulimique de séries télé et accroc aux jeux vidéo. Ne peut s'empêcher de donner son avis sur tout ce qu'il voit et sur tout ce qu'il joue.

    • facebook
    • google
    • twitter

    Défendez votre point de vue