Jusqu’en enfer – Sam Raimi

    Jusqu’en enfer – Sam Raimi

    jusqu-en-enfer-drag-me-to-hell-27-05-2009-29-05-2009-14-gC’est plus que mineur. Et en même temps, je n’arrive pas à le trouver absolument mauvais. Un peu foutage de gueule, quand même. Le problème, c’est qu’à vouloir à tout prix nous servir un tout petit film de série Z, Jusqu’en enfer n’est qu’un tout petit film de série Z, du genre de ceux qu’on trouve au vidéoclub du coin un samedi soir. Les effets spéciaux sont ridicules, les gags et le gore pas franchement convaincants, même si on sent que Sam Raimi maîtrise son sujet en compilant les scènes classiques : le passage au cimetière, celui dans le parking, le vent qui fait tinter le carillon, etc.

    Alors il s’amuse un peu avec les ombres, comme d’habitude, et nous offre un final plutôt réussi (qui sauve presque le film de l’oubli, presque…) tout en dessinant une critique sociale d’actualité (l’héroïne est une banquière maudite pour son manque d’humanisme). De même, on sent que Sam Raimi prend un malin plaisir à renvoyer Justin Long (Jeepers Creepers) dans un film d’horreur, où il est à nouveau totalement impuissant. Mais tout ça ne fait pas de Jusqu’en enfer est bon film, juste une sympathique série Z.

    Journaliste. Passionné de cinéma, boulimique de séries télé et accroc aux jeux vidéo. Ne peut s'empêcher de donner son avis sur tout ce qu'il voit et sur tout ce qu'il joue.

    • facebook
    • google
    • twitter

    Défendez votre point de vue