Life During Wartime – Todd Solondz

    Life During Wartime – Todd Solondz

    NYT2009090115535764CLife During Wartime est une sorte de funambule. Toujours à la limite de basculer du mauvais côté. J’ai eu peur un moment que, sous couvert du cynisme, le film s’autorise tout. Et puis, non. Déjà parce qu’il offre des moments très drôles et qu’il abandonne finalement tout cynisme pour montrer une belle sensibilité, une belle humanité même, malgré un sujet horrible.

    Exemplairement, c’est la scène où l’on découvre pour la première fois le fils aîné, Billy. Il fume de l’herbe avec des amis de fac. Chacun raconte l’histoire de sa famille avec la volonté de prouver qu’il appartient à la famille la plus glauque. Billy, lui, ne dit rien (alors que le spectateur connaît son histoire). Mieux encore, alors que ses amis font justement preuve d’un cynisme qui devient gênant, il quitte la pièce soudainement pour rejoindre sa chambre d’étudiant. A ce moment-là, Solondz ne franchit intelligemment pas la ligne. Mieux encore, il offre une admirable confrontation entre le père et l’enfant, loin de toute caricature. Et, sans excuser les actes du père (heureusement), il montre avant tout un homme. Life During Wartime montre aussi une belle richesse en y mélangeant diverses notions (le pardon et l’oubli) sous fond de Bar Mitsva, qui renvoie au dernier Coen.

    Journaliste. Passionné de cinéma, boulimique de séries télé et accroc aux jeux vidéo. Ne peut s'empêcher de donner son avis sur tout ce qu'il voit et sur tout ce qu'il joue.

    • facebook
    • google
    • twitter

    Défendez votre point de vue