Machete Kills – Robert Rodriguez

    Machete Kills – Robert Rodriguez

    machete-kills10A la sortie de Planète Terreur et de Boulevard de la mort, on mesurait déjà le gouffre entre Robert Rodriguez et Quentin Tarantino. Alors que ce dernier proposait un film post-moderne théorique et jubilatoire, le réalisateur de Sin City restait à la surface, s’amusait des codes de la série B pour les recracher à l’identique. Et comme Rodriguez n’a pas beaucoup de talent, il s’est sans doute dit qu’il tenait là un filon juteux. Il a ainsi réalisé Machete, d’après une fausse bande-annonce qu’on pouvait voir en ouverture de Planète Terreur (le projet ayant finalement été réalisé face à l’insistance du public). Au final, Machete est moins bon que ce que laisse augurer sa bande-annonce. Malgré un certain plaisir régressif, Rodriguez se contente de faire de la série B. Le film ne surpasse donc jamais ce qu’il parodie. Heureusement, on y trouve un fond polémique intéressant, symbolisé par le personnage du sénateur (Robert De Niro).

    Avec Machete Kills, Robert Rodriguez continue sa régression dans cette suite sans imagination. En édulcorant l’aspect politique du premier volet (dommage), il n’en reste en effet pas grand-chose. Voire même rien du tout. L’ensemble du film se révèle grotesque, rejouant à l’excès les gimmicks du premier volet. Autant ce dernier faisait apparaître de vrais personnages (Steven Seagal), autant celui-ci ne parvient jamais à faire oublier ses acteurs, qui semblent chacun avoir leurs scènes à jouer. Surtout, le film ne dit rien de ces personnages (celui du Caméléon, interprété entre autres par Lady Gaga, est quasiment oublié en cours de route). Si l’exercice pouvait faire sourire dans Machete (il était amusant de retrouver les séquences de la bande-annonce et voir de quelle manière elle avait donné lieu à un long-métrage), Machete Kills fait pitié à voir. Ringard et pas franchement drôle, il nous laisse dans l’espoir d’un troisième volet dans l’espace qui oserait enfin faire voler en éclat sa ridicule ambition. On n’y croit qu’à moitié…

    Journaliste. Passionné de cinéma, boulimique de séries télé et accroc aux jeux vidéo. Ne peut s'empêcher de donner son avis sur tout ce qu'il voit et sur tout ce qu'il joue.

    • facebook
    • google
    • twitter

    Défendez votre point de vue