Plus tard, tu comprendras – Amos Gitai

    Plus tard, tu comprendras – Amos Gitai

    19022777.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxRéalisé pour la télévision (il a été diffusé sur le petit écran un jour avant sa sortie en salles), Plus tard, tu comprendras est un film magnifique. D’abord, il faut souligner l’extrême élégance de la mise en scène, proche de la virtuosité, toute en plans séquences. Magnifiques travellings latéraux qui accompagnent la musique (le son aussi avec celui de la radio au début du film) et qui semblent traverser la mémoire des personnages, à la manière de ceux de Nuit et Brouillard.

    Ensuite, il faut citer l’interprétation, remarquable. Jeanne Moreau et Hippolyte Girardot sont monstrueux. Et puis, surtout, le film devient incroyablement émouvant. Aux non-dits (brillamment relevés par les ellipses) succèdent ainsi une énonciation, en guise de passation de pouvoir (formidable scène où Jeanne Moreau se confie à ses petits enfants). Le pouvoir, ici, c’est la mémoire, la perpétuation, pour ne pas oublier. Il y aura surement des imbéciles pour trouver ce film très pédagogue. Ce serait passer à côté d’une des forces premières du cinéma.

    Journaliste. Passionné de cinéma, boulimique de séries télé et accroc aux jeux vidéo. Ne peut s'empêcher de donner son avis sur tout ce qu'il voit et sur tout ce qu'il joue.

    • facebook
    • google
    • twitter

    Défendez votre point de vue