Post Tenebras Lux – Carlos Reygadas

    Post Tenebras Lux – Carlos Reygadas

    20102674J’adore Lumière silencieuse. Mais vraiment. Au point de considérer qu’avec ce film, Carlos Reygadas est rentré dans la catégorie des réalisateurs qui comptent. Mais son dernier film, Post Tenebras Lux, non, ce n’est pas possible. Il y a à peu près tout ce que je déteste dans le cinéma d’auteur. Tout ici est d’une gratuité affligeante qui voudrait se faire passer pour quelque chose d’une profondeur absolue alors que ce n’est que du vide (allez, à l’exception d’une ou deux séquences). Le reste n’est qu’une succession de scènes sans queue ni tête (le montage délibérément déconstruit) qui voudraient toutes nous dire de grande chose sur le couple, le monde et la vie alors qu’elles ne font que brasser du vide.

    Naviguant entre le passé et le futur, Post Tenebras Lux filme diverses situations, le plus souvent, sans liens entre elles. La caméra décide parfois de s’arrêter sur un bûcheron, sur un repas de bourgeois, sur un mec donnant un coup de pied à un chien, sur un match de rugby ou sur des pauvres paysans de la région. Pourquoi ? On ne le saura jamais, bien qu’on y sente une prétention incroyable, celle d’un auteur qui se sent plus intelligent que son spectateur. Carlos Reygadas touche à tout mais n’a rien à dire (ou pire, il croit nous dire quelque chose). Le film fait même peine à voir quand il tente de nous choquer (la scène du sauna en France) ou de nous scandaliser. Rien ne ressort du film, et surtout pas les personnages, insignifiants et anecdotiques. Et puis, il y a cette esthétique, elle aussi gratuite, pour ne pas dire ridicule, et qui consiste à coller du flou au bord de l’écran. « Après les ténèbres, la lumière » nous dit le titre. Ce dernier résume bien la prétention d’un film qui pense nous la montrer…

    Journaliste. Passionné de cinéma, boulimique de séries télé et accroc aux jeux vidéo. Ne peut s'empêcher de donner son avis sur tout ce qu'il voit et sur tout ce qu'il joue.

    • facebook
    • google
    • twitter

    Défendez votre point de vue