Prédictions – Alex Proyas

    Prédictions – Alex Proyas

    pred1J’avais envie de l’aimer ce film. Mais non, ça ne va pas être possible, même si Prédictions est loin d’être un navet absolu. Il est surtout rageant de voir à quel point il se saborde alors qu’il tient un scénario en or. Ça l’est d’autant plus que Proyas a réalisé Dark City, pour lequel j’ai une grande tendresse.

    Ça commence pourtant sous les meilleurs auspices. Une catastrophe annoncée, une apocalypse même, vue sous l’angle d’un seul personnage, Nicolas Cage, incapable de faire le deuil de sa femme. Il y a quelque chose de La Guerre des mondes où l’invasion extra-terrestre importait moins que la relation d’un père avec sa fille qu’il retrouvait peu à peu. Mais, Prédictions s’échine à se diriger vers le grandiloquent. Ça passe par un plan séquence impressionnant (morceau de bravoure très réussi) mais surtout, vers un final religieux assez indigeste.

    Et pourtant, j’ai toutes les raisons d’aimer ce final (je l’aime d’ailleurs un peu malgré tout) mais, je ne supporte plus cette façon de tout ramener à Dieu, d’opposer encore hasard et déterminisme (c’était déjà un peu lourd dans Je suis une légende). Signes a tout dit sur ce sujet et de façon nettement plus pertinente. Et puis, derrière l’immense Southland Tales, imprégné lui aussi d’une atmosphère de fin du monde, Prédictions ne tient clairement pas la comparaison.

    Journaliste. Passionné de cinéma, boulimique de séries télé et accroc aux jeux vidéo. Ne peut s'empêcher de donner son avis sur tout ce qu'il voit et sur tout ce qu'il joue.

    • facebook
    • google
    • twitter

    Défendez votre point de vue