Trois films de Jean-Marie Straub

    Trois films de Jean-Marie Straub

    litineraire_de_jean_bricardMême si je ne suis pas un grand connaisseur des Straub, loin de là (je m’intéresse depuis peu à leur œuvre), ça fait quand même un drôle d’effet de ne voir que le nom de Jean-Marie Straub au générique. Avec Le Genou d’Artémide et Le Streghe, Femmes entre elles, Straub retourne à ces discussions entre Dieu(x) et homme(s) (ou femme(s)). Enfin, on ne sait pas trop. Je crois que ce ne sont que des dieux dans Le Streghe… Et comme pour Ces Rencontres avec eux (le dispositif est strictement identique), je me sens parfois un peu à l’écart du film. Je ne comprends pas tout.

    Mais ce n’est pas important et ça ne me semble pas essentiel pour apprécier ces films qui m’impressionnent à chaque fois dans leur radicalité et aussi pour leur sens aigu du cinéma. Les cadres, la photographie, le montage. C’est l’essence même du cinéma. C’est d’une force assez incroyable, même si je regrette un peu la redite ici. Moins pour Le Genou d’Artémide.

    Et puis, il y a Itinéraire de Jean Bricard qui se différencie des deux autres films. Lequel s’ouvre et se conclut par deux plans séquences fabuleux, qui confirment à quel point le cinéma des Straub est celui de la patience. De la simplicité aussi. On filme l’itinéraire de Jean Bricard, point. Et puis, c’est émouvant de voir ce paysage totalement différent de ce que nous décrit la voix-off, d’être témoin de ce changement. C’est un cinéma vraiment précieux, qui m’échappe un peu, mais qui est d’une telle force, que je m’y retrouve quoiqu’il en soit.

    Journaliste. Passionné de cinéma, boulimique de séries télé et accroc aux jeux vidéo. Ne peut s'empêcher de donner son avis sur tout ce qu'il voit et sur tout ce qu'il joue.

    • facebook
    • google
    • twitter

    Défendez votre point de vue