White House Down – Roland Emmerich

    White House Down – Roland Emmerich

    white-house-down-channing-tatum-jamie-foxxAvec White House Down, Roland Emmerich réalise une sorte de remake de Die Hard (Piège de Cristal) et signe son meilleur film. Si le décor a changé (le Nakatomi Plazza est remplacé par la Maison Blanche), pour le reste, on y retrouve une action en huis-clos (sous le regard des médias), une attaque terroriste (la menace venant cette fois de l’intérieur), une reconquête familiale (la fille remplace la femme), et même le marcel (de moins en moins) blanc autrefois porté par Bruce Willis.

    Mais loin du plagiat, White House Down prend l’allure d’un bel hommage. Certes, la mise en scène de Roland Emmerich n’a ni la maîtrise, ni l’intelligence de celle de John McTiernan mais on remarque néanmoins une belle utilisation des lieux, de l’ascenseur au jardin de la Maison Blanche en passant par le sous-sol. Surtout, chaque changement de décor vient à chaque fois relancer un récit ne souffrant d’aucun temps-mort, sans pour autant mettre de côté les personnages.

    Plus généralement, on sent une réelle volonté de faire un film d’action à l’ancienne, en le modernisant suffisamment pour qu’il ne paraisse pas daté. A l’heure où les blockbusters reposent sur des effets numériques (au risque de s’effondrer), le long-métrage du réalisateur d’Independance Day (qui s’amuse d’ailleurs à s’auto-citer) préfère s’appuyer sur une forme d’artisanat qui fait figure de véritable bouffée d’air frais. Drôle et sans temps mort, White House Down aurait pu être le digne cinquième volet de la série Die Hard, à mille lieues de l’étron réalisé par John Moore. Une belle surprise.

    Journaliste. Passionné de cinéma, boulimique de séries télé et accroc aux jeux vidéo. Ne peut s'empêcher de donner son avis sur tout ce qu'il voit et sur tout ce qu'il joue.

    • facebook
    • google
    • twitter

    Défendez votre point de vue