Dates – Saison 1 – Channel 4

    Dates – Saison 1 – Channel 4

    DatesSheridanSmithAndrewScoDepuis un site de rencontre, David et Mia se sont donné rendez-vous. Mia est très en retard. Alors que David perd patience, il remarque une jeune et belle femme au bar, avant de comprendre qu’il s’agit de Mia. Dans un premier temps, celle-ci nie être la jeune femme qu’il attend. Vexé, David retourne à sa place. Mais, prise de remords, Mia revient vers l’homme pour s‘excuser et lui expliquer qu’elle ne se sent pas ce soir de jouer au jeu de la séduction. David l’ignore maintenant et l’invite à quitter la table, comprenant qu’il n’est pas son type d’homme. Mia sort du restaurant mais, piqué dans son orgueil (on comprend très vite qu’elle n’a pas l’habitude de se faire rembarrer) et dans sa curiosité, elle revient finalement à la charge. Le rendez-vous aura finalement lieu.

    S’en suit alors un dialogue à l’écriture brillante. La discussion, rythmée, se révèle également très drôle. Le contraste entre les deux personnages est amusant : l’un joue la sincérité et ne cherche pas à plaire à tout prix, l’autre reste mystérieux et sexy. Puis, petit à petit, l’émulsion prend entre Mia et David, reposant en grande partie sur un fabuleux jeu d’acteurs (qui vaut d’ailleurs pour l’ensemble de la série, au point qu’il faudrait la montrer dans toutes les écoles de formation d’acteur). Le déclic se fait lorsque David, d’une grande lucidité, voit en Mia une personne intelligente avant d’être l’objet sexuel que la majorité des autres hommes ont vu chez elle. Si on ignore s’ils se reverront après cette soirée, quelque chose s’est passé.

    Avec ce premier des neuf épisodes que compte la série, Dates retranscrit à merveille ce sentiment d’excitation et d’incertitude que l’on peut ressentir à la fin d’un premier rendez-vous. Au fil des épisodes, qui reproduisent peu ou prou le même dispositif, Dates multiplie ces premiers rendez-vous souvent surprenants. Et bien que tous différents, de nombreux points communs les réunissent. En plus d’y revoir certains personnages (dont la sublime Oona Chaplin qui, après Game of Thrones et The Hour, s’impose comme l’une des actrices de série du moment), on retrouve à chaque fois cette même faculté à rattraper un personnage que l’on pensait détestable, et inversement.

    Derrière chacune de ces histoires, on décèle aussi l’incertitude de ce que réservera cette première rencontre, ce moment où l’autre aura un mot, une phrase, une expression, un sourire qui fera basculer la soirée (en bien ou en mal). Cette incertitude, c’est celle qui anime tous les couples qui ne peuvent jamais savoir s’ils seront encore ensemble dans un mois, une année, dix ans… Cette incertitude, c’est celle de savoir si on finira un jour par réellement connaître l’autre, ou comme le disait Nate dans Six Feet Under :

    « I just feel like all I do, all day long, is just manage myself, try to fuckin’ connect with people. But it’s like, no matter how much energy you pour into getting to the station on time, or getting on the right train, there’s still no fuckin’ guarantee that anybody’s gonna be there for you to pick you up when you get there. »

    Mais si on ne peut faire de promesses, cette incertitude, effrayante mais inévitable, mérite que l’on s’y risque car elle vaut bien mieux que la solitude.

    Journaliste. Passionné de cinéma, boulimique de séries télé et accroc aux jeux vidéo. Ne peut s'empêcher de donner son avis sur tout ce qu'il voit et sur tout ce qu'il joue.

    • facebook
    • google
    • twitter

    Défendez votre point de vue