Tell Me You Love Me – Saison 1 – HBO

    Tell Me You Love Me – Saison 1 – HBO

    tell-me-you-loveme04Retour sur l’une de mes plus belles découvertes de ces dernières années. Tell Me You Love Me n’aura connu qu’une seule saison. Pas à cause d’un manque d’audience mais parce que la créatrice estimait n’avoir plus rien à dire. Et on le comprend. Jamais série n’aura traité du sexe avec une telle réussite, accordant, fait là aussi rarissime, une place énorme à la sexualité féminine, et plus généralement aux personnages féminins. Si la série avait fait la polémique à sa sortie (la rumeur voulait que les scènes de sexe n’étaient pas simulées), le traitement du sexe, parfois très cru, n’y est pourtant jamais racoleur. Il est filmé de façon naturelle, sans chercher à l’embellir puisqu’il est généralement le problème.

    Mais Tell Me You Love Me est aussi, et avant tout, une série sur le couple. Et c’est tout simplement ce que j’ai vu de mieux sur ce sujet. Le couple Brenda-Nathaniel est balayé, celui de Don-Betty effacé d’un revers de la main, ce qu’on assiste dans cette série prend véritablement aux tripes tant la dislocation de tous ces couples fait inévitablement écho. Mais la série est trop intelligente pour simplement se réduire à des êtres en train de se déchirer. C’est plus complexe que cela. Moins évident. Tell Me You Love Me a su capter moins la difficulté de vivre en couple que notre capacité à aimer. En gros, il est facile de dire « je t’aime » mais il est moins facile de le ressentir réellement pour diverses raisons que la série sait aussi remarquablement aborder (pression sociale, tentation…).

    Un mot sur l’apparition du titre de la série, qui apparaît systématiquement à la fin de chaque épisode. Celui-ci peut s’interpréter de différentes manières. Il semble à la fois agir comme une illusion (« Tell me you love me !« ), une formule qui viendrait tout réparer. Il peut aussi se voir comme un élan du cœur, un cri d’espoir ou encore s’appréhender de façon ironique, presque désespérée. Bien qu’assez déprimante, la série se termine malgré tout sur une note plus positive. L’espoir pour ces couples peut d’abord se matérialiser dans celui plus âgé mais aussi dans la capacité de ses personnages à se remettre en question (tous très beaux et brillamment interprétés) et ayant le courage d’être heureux. La toute dernière scène apparaît ainsi d’une beauté inouïe.

    Journaliste. Passionné de cinéma, boulimique de séries télé et accroc aux jeux vidéo. Ne peut s'empêcher de donner son avis sur tout ce qu'il voit et sur tout ce qu'il joue.

    • facebook
    • google
    • twitter

    Défendez votre point de vue